Ce message est divisé en trois partie : 1-un peu de contexte et d’info reliée à l’énergie et aux dynamiques du karma, 2-une citation du livre qui m’a inspiré à écrire cette série de messages, et 3-un petit exercice de réchauffement pour s’habituer à effectuer le genre de travail intérieur impliqué dans la guérison karmique.

Donc… si on enlève tout ce qui a été dit au nom du karma afin d’en trouver les fondements réels, sans intentions instrumentales (intérêts de pouvoir) qui s’en servent pour contrôler les gens, qu’est-ce qui reste du karma? Bref, c’est quoi ce foutu truc de toute façon? Et pourquoi en parler maintenant?

Que nous en soyons conscients ou non, il y a en ce moment et depuis quelques années maintenant des changements énergétiques importants en cours – les sources d’informations quant à cette réalité sont multiples et proviennent de plusieurs directions (et dimensions), et cette réalité présente fut prédite il y des milliers d’années passée. Même la science telle qu’elle est pratiquée dans notre ère reconnaît l’existence de ces fluctuations (à un niveau purement physique tel que les fréquences électromagnétiques de la terre). Or – et ceci est important – ces changements que la science est capable d’observer et mesurer au niveau physique sont en fait les effets de changements beaucoup plus profonds, survenant dans des niveaux/réalités non-physiques – dans la « Noosphère » (concept créé par Teilhard de Chardin dans son livre Cosmogénèse), la sphère mentale. Bon, maintenant… si on considère le fait que le mental, tel qu’on le perçoit (bref la pensée consciente d’elle-même), est une minime fraction de notre psyché – pensons à la métaphore de l’iceberg, où la majorité du bloc de glace est submergé en dessous de la partie que l’on voit à la surface et cette partie submergée représente notre subconscient et tout ce qu’il contient (croyances, mémoires, programmes comportementaux, etc.), et que cette partie submergée est beaucoup plus grosse que celle, visible, dont on a conscience et nous affecte profondément, beaucoup plus que nous voulons généralement l’admettre – si on garde cette considération en vue, cela facilitera notre capacité d’accepter et comprendre que ces processus de changements sont beaucoup plus actifs à des niveaux non-physiques et inconscients qu’à ceux physiques et conscients.

De façon brève, je pourrais simplement dire que nous sommes en plein milieu d’une crise de guérison. Je ne sais pas si vous savez comment une crise guérison se déroule, mais bref ça l’implique que les réalités s’empirent avant de s’améliorer, c’est-à-dire, la marde se fait brasser, les choses s’endurcissent avant d’exploser, les problèmes nous crient en pleine face avant d’être transcendés, les patterns se battent pour survivre avant d’être démantelés… Et quand je dis « nous », je veux dire nous étant toute la vie sur Terre, incluant l’Être qu’est Gaïa (et au-delà mais restons ici et maintenant les pieds sur Terre hihi). Là… où ça devient un peu plus complexe est de réaliser que tout ceci est inter-relié et inter-dépendent – ce qui veut dire que la guérison d’un groupe dans son entièreté n’est possible que par la guérison de chaque individu qui le forme, et la guérison de la Terre dans sa globalité ne peut s’accomplir avant que toutes ses parties soient guéries. Donc… nous sommes tous et toutes responsables de notre propre guérison, ce qui engendre les conditions nécessaires à la guérison de nos collectivités, et ainsi de suite jusqu’à toutes les populations de la terre et finalement la Terre elle-même. « Sois le changement que tu veux voir dans le monde » résume cette idée assez clairement. Pourquoi dis-je que cela rend est complexe, ou plutôt délicat? Parce que cela met beaucoup de responsabilité sur chacun de nous de façon individuelle (nous sommes les co-créateurs du monde dans lequel nous baignons), ce qui engendre une réaction énergétique de notre victime intérieure, qui veut que le changement vienne de l’extérieur.*

(*Soyez conscients de toutes réactions en vous qui montent suite à lire cette phrase, nous avons tous et toutes de cette énergie qui en mot se traduirait par quelque chose du genre « J’ai été blessé et ça ne devrait pas être à moi de me guérir de ce que quelqu’un d’autre m’a fait », et nous y réagissons tous et toutes de façon différente. Personnellement la façon que j’ai géré cette énergie qui me frustrait tellement par sa ‘faiblesse’ a été de construire une façade d’hyper-productivité et de force qui me permit d’ignorer cet enfant intérieur – ou plutôt de l’intimider et l’emprisonner dans un donjons au fond de mes tripes pour ne plus avoir à l’entendre pleurnicher – mais ceci ne guérit rien, ça ne fait que créer plus de trucs à guérir, plus de patterns à défaire avant de pouvoir aller faire le travail de guérison plus profond, dont svp ne pas suivre mon exemple :P).

 

Ok, donc ça c’est pourquoi on en parle, mais c’est quoi ce foutu concept de karma?

« Le karma est un processus qui cherche à régler toutes les souffrances non-résolues ainsi que tous les actes négatifs de toutes les vies (passés et présente) vécues sur Terre ». (Diane Stein, We are the Angels)

Chaque souffrance qui a été vécue reste présente dans la configuration énergétique d’un individu, jusqu’à ce qu’elle se fasse résoudre et relâcher. Résoudre implique un processus d’en venir à terme avec ce qui est arrivé, comment cela a endommagé la personne en question et affecté sa vie, et de prime importance, de se donner la permission de ressentir pleinement les émotions difficiles qui y sont reliées (un défi en soi pour plusieurs d’entre nous) d’une façon qui affirme la valeur de la vie (un autre défi en soi!) afin de dissoudre les patterns de honte/blâme/culpabilité qui y sont entremêlés. Cette compréhension – de nature plutôt cognitive, touchant plus directement à la partir de l’iceberg non-submergée – permet de préparer/dégager le terrain pour relâcher ce qui montera durant le processus d’excavation des profondeurs du subconscient, que je présenterai dans cette série de messages.

Relâcher implique de dégager les patterns karmiques hors des corps énergétiques dans lesquels ils ont été emmagasinés : le corps physique (sensations), le corps émotionnel (sentiments), le corps mental (pensées) et le corps spirituel (la compréhension du soi en relation aux autres et à l’univers). Cette libération/lâcher prise requiert, pour complètement briser la chaîne de la souffrance et son élan/ momentum par lequel elle se regénère, que ces patterns soient déracinés à leur source originale. Défaire un pattern à sa source requiert des réalisations personnelles importantes, qui ont besoin de se rendre jusqu’au fond de notre être et remonter à la conscience : en venir à pleinement accepter et faire la paix avec les conséquences des choix et des actions que nous avons faits dans le passé, et surtout prendre la décision de ne plus tolérer ou perpétuer aucune forme de souffrance (encore une fois, il est question ici de devenir pleinement responsable, ou plutôt, de devenir conscient que nous ne sommes pas des victimes de quoi que ce soit d’autres que les actions que nous avons choisies de faire et les effets qui en ont découlés, ce qui implique d’accepter/faire la paix envers le fait que même si nous n’avons pas de mémoires actives de ces actes commis dans le passé/dans d’autres vies, cela n’offre malheureusement pas une absolution ni envers leurs effets, ni envers notre responsabilité personnelle de les guérir).

 

Voici une citation du livre qui m’a inspiré à écrire cette série de messages, qui couvre le «quoi» et le «pourquoi» du karma, ainsi que le «comment» de sa guérison :

« Le karma n’est pas une punition. C’est le mécanisme qui connecte toutes les vies d’une personne et pose les jalons de base du « plan de cours » de chaque âme, des façons par lesquelles toutes les choses et leurs opposés seront expérimentées, dans tous leurs angles possibles. Ce qu’on appelle le karma « négatif » est simplement une énergie de douleur/blessure qui a besoin d’être dégagée et enlevée afin que le processus de maturation de l’âme puisse se faire. L’expérience de la souffrance contient ses propres leçons importantes, son but est de nous enseigner la compassion pour autrui et d’engendrer un niveau de développement spirituel qui rendra impossible pour les individus (en premier) et pour les collectivités (en deuxième), de faire mal aux autres ou à soi-même. Le karma est un processus d’apprentissage et de croissance de l’âme dans et par lequel chaque individu apprend et en vient à comprendre les conséquences de ses actes et de sa douleur. En comprenant les conséquences, les individus apprennent aussi à agir de façon à apporter plus de joie et moins de souffrance à soi-même et aux autres.

La vie sur Terre contient de la souffrance car c’est seulement dans un corps physique que les blessures du passé peuvent refaire surface et être guéries. Les blessures provenant d’ici ne se guérissent pas dans l’état d’entre-vie, ni dans aucun autre lieu autre que dans un corps incarné. Une fois que toute la souffrance est relâchée et la réalisation de l’unité de toute vie et la compassion pour tout est atteinte, il n’y a plus besoin de continuer à s’incarner ou de faire l’expérience d’une quelconque douleur (ceux qui reviennent le font pour être au service de l’éveil collectif). C’est ce qui se passe présentement, autant pour les individus que la planète. Nous avons atteint un point de non-retour par lequel toutes les douleurs et les souffrances, accumulées pendant des milliers d’années, sont en train de remonter à la surface de la conscience pour être guéries et libérées afin que les populations terrestres, et la Terre elle-même, puissent survivre et continuer à faire l’expérience de la vie physique à une fréquence plus élevée que celle qui a été vécue jusqu’à maintenant.

Là où les désastres naturels ont pour but de forcer les gouvernements et les nations à faire des changements importants afin d’honorer la force de vie dans les individus et la Terre elle-même, la souffrance psychique a pour but de forcer les individus à guérir les blessures et les dommages accumulés au courant de toutes leurs vies passées. Dans les deux cas, les désastres semblent souvent impossibles à gérer ou à régler. Dans les deux cas, ils impliquent de dégager, de relâcher et des fois de revivre les énergies douloureuses qui y sont reliées afin de les enlever entièrement de l’aura et ne plus jamais avoir à les revivre. Une partie majeure des changements terrestres que nous vivons en ce moment, et potentiellement pour la première fois depuis la formation même de la terre, est un accès quasiment illimité de dégagement de tout le karma que nous avons accumulé, et ce de façon plus simple, aisée et douce qu’auparavant. Cet élan énergétique simplifie beaucoup la guérison profonde du cœur de l’âme et est potentiellement la facette la plus excitante et cruciale des changements terrestres qui se déroulent. Et même si nous sommes chacun responsable de notre karma individuel, cela ne veut pas pour autant dire que nous sommes seuls devant ce travail de guérison à accomplir sur nous-mêmes.

Les membres du royaume angélique qui guident et dirigent le karma humain et animal (les gardiens des Records Akashiques) travaillent avec nous de façon plus directe qu’avant afin de guérir la souffrance et prévenir sa re-création, que ce soit au niveau individuel ou planétaire. Des outils simples mais puissants, ainsi que de l’assistance directe dans l’extraction de souffrances et d’obstructions énergétiques de nos vies présentes et passées, nous sont offerts par ces anges-gardiens des records akashiques. Les techniques offertes permettent de guérir les dommages des souffrances du passé à travers tous les niveaux énergétiques, tous les corps énergétiques non-visibles qui forment les parties primaires de l’anatomie humaine et de la vie sur Terre. (Note de Julie : tout comme dans la métaphore de l’iceberg, la plupart d’entre nous avons une conscience très limitée de nos corps énergétiques multidimensionnels, par exemple les chakras avec lesquels nous devenons de plus en plus familiarisés sont ceux du corps étherique, la couche énergétique la plus proche de notre corps physique, qui n’est qu’un des 7 corps énergétiques principaux (qui ont chacun leurs propres chakras) qui s’imbriquent l’un dans l’autre comme une poupée russe. Bref nous avons à peine commencé à dévoiler notre « architecture énergétique »). En travaillant avec ces êtres angéliques, les résultats de se dégager du karma et de guérir le cœur de l’âme sont beaucoup plus exhaustifs et complets que les résultats qui seraient atteints en dégageant ces patterns seulement aux niveaux physique et émotionnel. Les résultats peuvent affecter le corps physique de façon positive, mais la vraie mesure de leurs résultats se manifeste en tant que libération de la souffrance, une plus grande paix d’esprit, une image de soi plus positive, un plus grand pouvoir personnel et énormément plus de joie à être en vie. » (Diane Stein, We are the Angels)

Donc qu’en dites-vous? Avez-vous le désir et la volonté de faire ce genre de travail intérieur/« devâmes » (soulwork)? Si la réponse est non, ce n’est pas un problème. Personne n’est forcée ou obligée de faire quoi que ce soit qu’elle ne veut pas faire. Vous pouvez continuer à lire ou effacer le message comme bon vous semble, suivez ce qui vous paraît comme la meilleure chose pour vous en ce moment. Pour ceux et celles qui ont répondu oui, et bien continuez à lire!!! J

 

Voici un petit exercice de réchauffement pour vous aider dans ce processus d’auto-découverte :

Si vous n’avez jamais fait ce genre de travail intérieur, cela peut être frustrant dans ses débuts, donc svp soyez patients et doux avec vous-mêmes. La capacité d’être immobile intérieurement et de recevoir de l’énergie rend ce processus beaucoup plus facile, donc c’est vraiment ça le point de départ. En arriver à comprendre comment votre faculté psychique fonctionne en est un autre – certains personnes voient des énergies (clairaudience), d’autres les ressentent (clairsentience), d’autres encore les entendent (clairaudience), et celle que j’ai et qui, à plusieurs égards, est un défi au niveau de ne pas laisser le doute interférer avec ce qui est reçu, est la faculté de ‘juste savoir’ (clairsavoir). Ensuite il y aussi toute la résistance envers vouloir voir/sentir/entendre/savoir, qui est une autre histoire à aborder mais dont une partie de ce blocage se dégagera de soi-même, au fur et à mesure que vous commencerez à ‘jouer’ le jeu d’apprendre à connaître votre façon de connaître. J

Assoyez-vous confortablement (ou étendez-vous mais pas complètement pour éviter de tomber endormi) et commencez à focaliser votre attention sur votre respiration. Ne tentez de l’altérer, observez- la et entrez complètement dedans, comme si vous deveniez la respiration. Entraînez votre mental à ne pas s’égarer en l’impliquant complètement dans ce que vous êtes en train de faire (en passant, c’est ce que j’enseigne dans mes cours de Méditation Dynamique). Vous êtes la respiration qui entre et sort du corps. Faites ceci jusqu’à ce que votre mental commence à s’emmerder et continuez même s’il se met à essayer de vous distraire pour aller faire quelque chose d’autre (indice : quand votre tête se met à faire cela, sachez que vous êtes sur le point d’accéder à un état de détente et d’immobilité intérieure, car le mental a peur de cet état, donc gardez-le occupé à respirer avec vous jusqu’à ce qu’il relâche son emprise sur votre attention). Au fur et à mesure que vous vous sentez devenir cette respiration, changez son point d’entrée de sorte que ce soit au niveau du sternum, et respirez directement dans son centre (chakra du cœur), autant par le devant que l’arrière de votre corps. Chaque inspiration élève la fréquence lumineuse de cette région de votre corps, et chaque expiration répand cette fréquence dans tout le reste de votre Être. Faites ceci pour un petit bout de temps, et ensuite prenez note de comment vous percevez ce travail que vous êtes en train de faire sur votre corps énergétique : est-ce que vous voyez l’énergie qui se répand, ou est-ce que vous la ressentez, ou encore est-ce que vous l’entendez ou vous savez que ça se passe sans qu’il y ait de confirmation sensorielle? Ceci devrait vous donner une idée de comment vous allez percevoir les Êtres avec lesquels vous travaillerez pour dégager les patterns karmiques hors de votre système énergétique.

La prochaine étape sera d’appeler ces Êtres et demander leur présence et leur guérison. Commencez en douceur. Créez un espace sacré autour de vous et de la pièce dans laquelle vous êtes (il y a plusieurs techniques pour le faire, laissez-mois savoir si vous voulez que j’élabore plus d’infos à ce sujet, mais de façon générale il est question de déclarer que vous permettez seulement à des énergies de la plus haute fréquence et qui veulent seulement votre plus grand bien de participer à votre processus). Affirmer clairement votre intention, à vous-mêmes et à l’Univers, comme quoi c’est votre volonté de faire ce travail et de recevoir les informations nécessaires à votre compréhension afin de pouvoir accepter et relâcher/dégager ce qui montera à votre conscience (ceci aide à réduire l’interférence de votre « cerveau de survie » et les réactions des patterns de peur et des programmations limbiques). Respirez et soyez autant relaxe que vous pouvez l’être, la tension nous aveugle à tous ces trucs énergétiques qui sont, au début, vraiment subtils (ça devient plus fort et plus intense au fur et à mesure que cela devient plus familier et qu’augmente la capacité de se sentir en sécurité à ressentir ces genres d’énergies). Ok, maintenant demandez la présence des Anges/Esprits du karma, ou des Gardiens des Records Akashiques (choisissez la formulation que vous préférez). Demandez qu’ils viennent vous voir afin que vous puissiez interagir avec eux. Faites confiance à votre façon de percevoir leur présence (vision, son, sensation, certitude sans preuve) et ne laissez pas votre mental rationnel et ses mécanismes de doutes interférer avec votre processus (si ça l’arrive, retournez simplement à l’exercice de respiration ci-haut pour quelques minutes, les Êtres que vous avez appelés ne vont pas s’en aller juste parce que vous avez de la difficulté à rester centre, ils n’ont pas l’expérience de l’impatience, ou de jugements du genre « tu me fais perdre mon temps faque je cr*** mon camp » lol) .

Si vous n’avez jamais fait l’expérience d’explorer des vies antérieures, encore une fois, soyez doux avec vous-mêmes… demandez à ces Êtres de vous montrer une vie antérieure qui est pertinente à votre vie actuelle et à une difficulté que vous vivez présentement. Soyez immobile intérieurement et laissez venir des impressions dans votre psyché. Si ce que vous voyez semble traumatisant, demandez de le ‘visionner comme un film’, sans ressentir de détresse ou de douleur. Puisque le but de ce travail est de relâcher/dégager le karma négatif, demandez à ces Êtres de guérir ce qui vous est montré et son influence dans votre vie présente. Ceci n’est pas la formule complète que je vous présenterai plus tard, l’exercice que je vous propose en ce moment est pour vous « saucer la patte » et vous habituer à faire ce genre d’intériorisation et découvrir les contours généraux de vos incarnations passées. Voyez ceci comme une exploration générale avant que vous alliez plus profondément dans vos spécificités karmiques. Si possible faites ce processus régulièrement – vous voulez peaufiner et renforcer votre habileté à rester dans cet état et effectuer ce travail avec des séances de plus en plus longues. C’est possible que des images ou des compréhensions émergent par la suite et non durant, peut-être dans des rêves ou des « flashs » en plein milieu de la journée sans lien à ce qui se passe autour de vous et souvent lorsque vous vous en attendez le moins (des fois c’est la seule façon que l’info peut se rendre jusqu’à votre conscience éveillée, car l’égo et le mental rationnel peuvent agir comme des supers bons gardiens de but d’hockey lorsqu’on est vraiment en train d’essayer de les contourner, lol).

Construisez ce momentum dans les prochains jours/prochaines semaines. Ça vaut tellement la peine. Si seulement je pouvais communiquer directement avec les profondeurs de votre âme pour lui offrir cette certitude! Tout ce que je peux faire, c’est partager des informations avec vous, et c’est à vous de décider ce que vous en ferez. J

Le prochain message couvrira les sujets suivants : les 4 types de karma que nous avons, et comment procéder pour travailler sur chacun de ces types différents. Si vous faites le travail que je vous ai proposé dans ce message-ci, vous serez déjà dans une meilleure position pour avoir des réalisations quant à vos patterns de base en rapport aux apprentissages avec lesquels votre âme est en expérimentation, ce qui facilitera votre capacité de viser juste avec vos demandes de libération karmique. Je vous donnerai également la formule que Diane Stein a créée, basée sur des années d’essais et d’erreurs, afin que la guérison soit la plus intégrale possible.

Donc restez à l’écoute, ce message arrivera dans vos courriels au courant de la semaine!! YOUPI!!!! Ressentez-vous à quel point tout ceci m’enthousiasme? Je me sens tellement plus légère depuis que j’ai fait plusieurs séances de ce genre de travail. Surtout grâce au travail qui s’effectue après plusieurs séances de libération karmique, travail impliquant un re-balancement énergétique par lequel les corps énergétiques inférieurs se font re-alignés ensembles afin que les niveaux supérieurs de notre Être puissent rentrer et s’installer de façon appropriée (et éventuellement permanente) par-dessus/autour des niveaux plus bas qui ont été re-alignés. Ces niveaux supérieurs de notre Être n’ont jamais été affectés ou endommagés par les expériences découlant d’incarnations physiques et de schèmes perceptuels donnant l’impression d’être des corps séparés dans un environnement hostile. Reconnecter avec ces niveaux et les incorporer dans le corps, c’est la fin de la souffrance et le début de se rappeler à quel point cela peut être amusant de jouer le jeu de la vie s’explorant sous plusieurs formes. Reconnecter avec ces niveaux supérieurs, c’est se redonner nos ailes, c’est se rappeler ce que nous sommes vraiment, que « Nous sommes les Anges ».

Je lève mon verre plein d’amour en hommage à notre courage de faire ce travail de se rappeler et se diriger vers le plus gros party qui aura lieu dans le cosmos lorsque nous nous serons tous et toutes réveillé-e-s ensembles!!!
Julie♥Claire