The real starting point ♥ Le vrai point de départ

Note from Julie: A couple more quotes from Jed McKenna’s book Spiritual Warfare will be arriving in your inbox before we are officially done with The Enlightenment Trilogy. I know they are long quotes, and if you don’t have time to read them you can of course just delete them but you can also put them aside for when you would have some time to ponder what he is saying. The full set of quotes I’ve sent from him pretty much cover the essence of each of the three books. Also I will make it a habit to put the content of each Newsletter I send by email on the site as a blog post, for future reference and availability. The site is coming along well, but far from done. You’re welcome to explore it, or its backbone anyways since its content is still being developed or re-worked from the old site. Feel free to give me suggestions or comments regarding the site. It is a highly creative process and I’m just flowing with it – a wonderful experience for me of getting away from hyper structured idea development in academia. By the way, to those who knew I was in a PhD program, I am letting go of that goal. I am moving on, or should I say, moving out (of my head)! It is possible that that was the goal all along, to give me time to really see that the ego drive for status and ‘being right’ has left the building of Julie, or what’s left of Julie anyways. It feels good to drop it, it’s like a new way of being in which whatever isn’t aligned with my new frequencies is just falling off. Of course there is still some ego in me resisting, telling me it’s not ok to quit or to stop doing things to ‘prove my worth’, but as I keep slicing off its hooks, that voice sounds more and more like a little child having a tantrum, a little child slowly realising that it doesn’t work anymore and it’s time to grow up. 😉

Here we go with the first of the last 3 quotes from Jed’s Spiritual Warfare:

‘Our eyes are wide open and we see reality with perfect clarity. This is so obvious that it’s beyond any possible doubt. It’s also untrue. Our vision is so obscured by the mental and emotional flotsam and jetsam of selfhood that what we call stark reality is really just a soft glow seen through tightly shut eyelids; just enough light getting through to illuminate the internal dreamscape. It is owing entirely to our belief that our eyes are open that the spiritual quest is doomed from the start, and that so many who think they’re well along or finished have never really begun. No matter how unwavering we are in our commitment or how steadfast in our determination, no matter how much knowledge we amass or wisdom we attain, no matter what hardships we endure or what sacrifices we make, no matter what scriptures we adhere to or what deities we appease, it’s all just a desperate ploy to keep ourselves from doing the one thing that could make a difference: taking personal responsibility, thinking for ourselves. At the point where we begin our search, we have already overshot the objective, and every step takes us further away.

In the search for truth, God, meaning, supra-consciousness, divine union, bliss, salvation, or whatever other spiritual tail we might chase, self is never itself subjected to close scrutiny. We simply accept that we are as we think we are and that reality is as we think it is and go from there. We accept these facts as established and certain and proceed from that point onward. Thus, the primary error from which all others arise has already been committed and is safe from detection and correction. All our discernment and discrimination and intelligence is turned outward from self, not inward against it. Nevertheless, it is possible to think our way out of the false self instead of believing ourselves into it. Ego is like the thin sheath of atmosphere between the earth of self and the infinite space of non-self, holding one in and the other out. We live out our lives in this narrow band of self-segregation, never digging too far down or testing our upper limits. Yet the egoic wall – the imaginary line where self ends and not-self begins, has no independent reality. The egoic shell in which we dwell is of our own making, like a force field that requires a constant source of emotional energy. When we stop pumping energy into it, it starts dissolving.

As you stop pouring your life energy into defining yourself as a separate entity and allow yourself to become undefined, all the energy you wasted on creating and maintaining your segregated egoic identity can be turned to new and much more interesting purposes. A whole different way of being, of knowing, of perceiving. A whole different way of wanting and getting, of doing and not doing, of interacting with the universe. Once you die to self and leave behind the prison of Human Childhood, you start a rebirth process that will lead you into experiencing the dreamstate as it really is. We are not innocent bystanders or helpless victims, we are members of the universe, shapers of our dreamstate reality. We’re not only part of it, we are it. The transition into Human Adulthood is our birth into this reality. It’s not just the next stage of what we are now, it’s a whole different relationship to our surroundings, our environment, our universe; a truly integrated, co-creative relationship. We do ourselves a terrible disservice by trying to be positive and upbeat and cheerful about our circumstances. What we are now, as we understand ourselves to be, even by the most optimistic reckoning, bears no resemblance to what we really are. This whole thing is really much cooler than anyone has imagined.

PS. The 2 last quotes that will finish our excursion into Jed’s world (aka the Jed zone lol) will be all about the integrated perspective, or better put, the paradigm of being. I hope you enjoyed these quotes, I sure did!!! Woohoo!!! 😉

♥☼♥

Note de Julie : Quelques dernières citations de Jed McKenna feront surface dans votre boîte de réception avant que nous soyons officiellement terminé avec les livres de ‘The Enlightenment Trilogy’. Je sais que les citations que j’ai envoyées étaient très longues. Si vous n’avez pas le temps de les lire vous pouvez bien sûr simplement les effacer, mais vous pouvez aussi les mettre de côté afin de les lire à un moment opportun, durant lequel vous avez accès à un espace intérieur de réflexion existentielle. En fait, l’ensemble de citations que j’ai envoyé de ses propos couvrent grosso modo l’essence de chacun des trois livres. En passant je vais aussi m’habituer à publier le contenu de chaque Newsletter sur le site en tant qu’un article blog, permettant ainsi que les citations soient disponibles à ceux et celles qui voudraient s’y référer ultérieurement. La construction du site continue mais est loin d’être achevée. Vous êtes les bienvenues si vous voulez l’explorer, ou plutôt explorer sa structure puisque son contenu est soit en voie de développement ou en mode révision de ce qui était sur l’ancien site. Sentez-vous à l’aise de me faire part de suggestions ou de commentaires quant au site en construction. C’est un processus de création fluide et non guidée, et je suis les courants d’inspiration au fur et à mesure qu’ils se présentent – une expérience, vraiment merveilleuse pour moi, d’éloignement du développement d’idées hyper structuré propre à l’ethos académique. En passant, pour ceux etcelles d’entre vous qui étaient au courant que je cheminais dans un programme d’étude doctoral, je vous informe que je délaisse ce but. Je m’en vais de l’avant, ou plutôt je déménage (hors de mon mental)! Il est possible que cela était le but véritable de toute façon, comme si y aller était pour enfin réaliser que le drive propre à l’ego pour le statut et pour ‘avoir raison’ ne m’habite plus assez pour m’animer dans cette direction. Bref l’ego de Julie n’a plus assez de prises dans ce qui reste de Julie… Le feeling qui vient de laisser tomber cette identité est bon, comme si une nouvelle façon d’être émerge et tout ce qui n’est pas aligné avec mes nouvelles fréquences intérieures débarque sans effort de ma part. Bien sûr il y a encore des restants d’ego en moi qui résistent, me disant que ce n’est pas correct de lâcher ou d’arrêter de faire des choses pour ‘prouver ma valeur’, mais au fur et à mesure que je coupe ses crochets, cette voix est de plus en plus reconnue pour ce qu’elle est : un petit enfant qui pète un crise, un petit enfant qui fait face au fait que ses stratégies ne fonctionnent plus et que c’est le temps de grandir. 😉

Donc allons-y avec la première des 3 dernières citations que je vous présenterai du livre Spiritual Warfare de Jed McKenna :

« Nos yeux sont complètement ouverts et nous voyons la réalité avec une parfaite clarté. Ceci est tellement évident que c’est au-delà toute possibilité de doute. Mais ceci est aussi une non-vérité. Notre vision est tellement obscurcie par les épaves de l’individualité que ce que nous appelons la réalité brute est en fait une petite lumière douce entrevue à travers des paupières presqu’entièrement fermées; juste assez de lumière pour éclairer le paysage interne de notre rêve. C’est à cause du fait que nous croyons avoir les yeux ouverts que toutes nos quêtes spirituelles sont condamnées dès le départ, et que tellement de gens qui croient avoir beaucoup cheminés ou même terminés de cheminer, n’ont en fait jamais vraiment même commencé. Cela importe peu à quel point notre engagement est inébranlable et notre détermination constante, à quel point nous amassons de connaissances et de sagesses, à quel point nous endurons des souffrances ou faisons des sacrifices, à quelles écritures saintes nous adhérons ou encore quelles divinités nous apaisons, tout ça n’est qu’une tentative désespérée de nous garder de faire la seule et unique chose qui pourrait faire une vraie différence : prendre pleinement responsabilité de sa personne, penser de façon autonome. Au point de départ où nous commençons notre quête, nous avons déjà passé par-dessus l’objectif, et chaque étape suivante nous en éloigne davantage.

Dans la quête de la vérité, du sens de la vie, de la supra-conscience, de l’union divine, de l’extase, du salut, ou de toutes autres queues après laquelle nous courons, le soi ne se trouve jamais à être l’objet que nous passons à la fine loupe. Nous acceptons simplement et bonnement que nous sommes tels que nous pensons être et que la réalité est telle que nous pensons qu’elle est, et nous partons de là. Nous acceptons ces faits comme établis et certains, et nous procédons à partir de ce point de départ. Donc, l’erreur primordiale de laquelle découlent toutes les autres a déjà été commise et se trouve enfouie et en sécurité de se faire détecter et corriger. Tout notre discernement, notre discrimination, notre intelligence est tournée vers l’extérieur, loin du soi, et non à l’intérieur, contre lui. Il est toutefois possible de se servir de nos facultés mentales pour sortir du faux soi au lieu d’y rentrer par nos croyances. L’ego est comme la mince couche d’atmosphère entre la terre du soi et l’espace infinie du non-soi, tenant un en place et empêchant l’autre de rentrer. Nous vivons des vies entières dans cette petite bande étroite d’auto-isolation, sans jamais creuser trop profondément vers le bas ou tester les limites vers le haut. Pourtant le mur egoïque – cette ligne imaginaire où le soi termine et le non-soi commence, n’a aucune réalité indépendante. La carapace egoïque dans laquelle nous vivons est notre propre création, comme un champ énergétique qui requiert une source constante d’énergie émotionnelle. Lorsque nous arrêtons d’y pomper notre énergie, cette carapace commence à se dissoudre.

Au fur et à mesure que nous arrêtons de déverser notre énergie vitale pour nous définir en tant qu’être séparé et que nous nous permettons de devenir indéfini, toute l’énergie que nous avons gaspillée à créer et à maintenir une identité egoïque unique et différente des autres peut enfin être focalisée vers des buts nouveaux et beaucoup plus intéressants. Des buts basés sur une façon complètement différente d’être, de savoir, de percevoir, une façon complètement différente de vouloir et de recevoir, d’interaction avec l’univers. Une fois que nous mourrons au soi et laissons derrière nous la prison de l’Enfance Humaine, nous entamons un processus de re-naissance qui nous dirige vers une expérience de l’état de rêve tel qu’il est vraiment. Nous ne sommes pas des spectateurs innocents ou des victimes impuissantes, nous sommes des membres de l’univers, nous sommes des constructeurs des réalités de notre état de rêve. Ce n’est pas juste que nous faisons partie de la réalité du rêve, nous sommes le rêve. La transition vers l’Âge Adulte est notre processus de naissance à cette réalité. Ce n’est pas juste la prochaine étape de développement de ce que nous sommes maintenant, c’est une façon inédite et radicalement différente d’être en relation avec notre entourage, notre environnement, notre univers; une relation véritablement intégrée et co-créative. C’est un tort terrible que nous nous faisons d’essayer d’être positif et dynamique et de bonne humeur à propos de nos circonstances. Ce que nous sommes en ce moment, ce que nous pensons comprendre être, même avec l’estimation la plus optimiste qui soit, ne ressemble en aucune façon à ce que nous sommes vraiment. En fait, toute cette affaire est tellement plus cool que ce que quiconque s’est imaginée jusqu’à date.

PS. Les 2 dernières citations qui termineront notre excursion dans le monde de Jed toucheront plus précisément à ce qu’est la perspective intégrée, ou encore mieux comme description, le paradigme de l’être. J’espère que vous avez aimé ces citations autant que moi, tellement rafraîchissant!!! Youpi!!! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *