Human Childhood VS Human Adulthood, part 3 / Enfance et Âge adulte de l’humain, partie 3

La version française suit.

 ‘The distinction between egoic demanding and the process of co-creative allowing is what sets apart the segregated perspective from the integrated one.  The main elements of this distinction, between segregated and integrated being, are trust, patience, and non-meddling : by not entertaining the ego’s desire to make demands and insist on the ways and means, events can unfold in ways ego could never imagine or achieve. It’s what happens when you get out of the way and let the creative process be what it is : a dynamic flow, a nuanced allowing with which you can align yourself and let it manifest what is right for you.

 Many books try to talk about this process by which humans can manifest their desires, use affirmations and wishcraft, follow laws of attraction… but these books are almost all written from the segregated, ego-clad being. They are like ‘how-to’ books for children, but children don’t need books about how to act like adults, they need to become adults. There’s no argument to be made in favor of Human Childhood except the arguments of fear and ego. No matter who you are or what you want – spiritually, creatively, or anything else – getting to the integrated state, to Human Adulthood, is job one. Nothing comes before that.

 The goal is to go from a sporadic participation to this process, which is how it happens from within the ego-bound state, to a full immersion awareness of being an integrated aspect of this process. From sensing that there might be a higher power at work involved in experiencing periods of flow where everything goes just right – and thereby suspecting that there might be more than coincidence at work, to a natural merging with life’s currents instead of being tossed around by them.

  -taken from Jed McKenna’s Spiritual Warfare (book 3 of The Enlightenment Trilogy)

***

« La distinction entre un ego qui dresse des exigences et un être qui permet au processus co-créatif de se déployer est ce qui sépare la perspective isolée de celle intégrée. Les éléments principaux de cette distinction sont la confiance, la patience, et la non-intervention : en refusant d’accueillir les propos de l’ego et son désir de faire des demandes et d’insister sur les façons et les moyens par lesquels ces demandes ont à être respectées, les événements peuvent enfin se dérouler selon des façons que l’ego n’aurait jamais pu imaginer ni accomplir. C’est ce qui arrive quand on s’enlève du chemin et qu’on permet au processus créatif d’être ce qu’il est : un flux dynamique, un laisser être nuancé avec lequel on peut s’aligner et permettre que ce flux manifeste ce dont on a besoin.

Plusieurs livres tentent de parler de ce processus par lequel les humains peuvent manifester leurs désirs, utiliser des affirmations positives et de la ‘magie de souhait’ (wishcraft), suivre les lois de l’attraction… mais ces livres ont presque tous été écrits à partir de l’être egoique et son état d’isolement/de séparation.  Ces livres sont comme des manuels pour apprendre aux enfants ‘Comment faire’, mais les enfants n’ont pas besoin de livres leur expliquant ‘comment faire’ pour agir comme des adultes, ils ont besoin de devenir des adultes. Il n’y a pas d’argument à donner en faveur de l’Enfance humaine, sauf des arguments de l’ego basés sur la peur. Indépendamment de qui tu es et de ce que tu veux – que ce soit relié à la spiritualité, la créativité, ou quoi que ce soit d’autre – aboutir à l’état intégré, à l’Âge adulte de l’humain, est la tâche primordiale à accomplir. Il n’y a rien avant cette étape.

 L’objectif est de passer d’une participation sporadique au processus co-créatif, qui est la façon que ça se passe à partir de l’état d’être enfermé dans l’ego, à la pleine immersion dans ce processus, la conscience totale d’en être un aspect intégré. C’est un passage par lequel on va de sentir qu’il y a peut-être un pouvoir supérieur à l’ œuvre lorsqu’on vit des périodes où tout semble couler pour le mieux – ce qui mène à soupçonner qu’il y a peut-être quelque chose de plus que de simples coïncidences, à un fusionnement naturel et fluide avec les courants de la vie au lieu que ceux-ci soient bouleversants.

 -tiré du livre Spiritual Warfare de Jed McKenna’s (livre 3 de The Enlightenment Trilogy)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page